Canadian Journal of Hospital Pharmacy https://www.cjhp-online.ca/index.php/cjhp <p><em>The</em> <em>CJHP </em>is indexed by EBSCO Discovery Service (including IPA), Embase, and Scopus, archived in PubMed Central and searchable via Google Scholar.</p> en-US <p>After publication of a manuscript in the <em>CJHP</em>, the authors of the manuscript must obtain written permission from the CSHP (<a href="mailto:publications@cshp.ca">publications@cshp.ca</a>) before reproducing any text, figures, tables, or illustrations from the work in future works of their own. If a submitted manuscript is declined for publication in the<em> CJHP</em>, all said rights shall revert to the authors. Please note that any forms (e.g., preprinted orders and patient intake forms) used by a specific hospital or other health care facility and included as illustrative material with a manuscript are exempt from this copyright transfer. The <em>CJHP</em> will require a letter from the hospital or health care facility granting permission to publish the document(s). </p> <p><span lang="EN-CA">Copyright © <a href="https://cshp.ca/"><strong>Canadian Society of Hospital Pharmacists.</strong></a></span></p> cjhp@multi-med.com (The Canadian Journal of Hospital Pharmacy) cjhp@multi-med.com (Sheila Dietrich, Editorial and Production Manager, Canadian Journal of Hospital Pharmacy) Mon, 09 Jan 2023 00:00:00 -0800 OJS 3.2.1.2 http://blogs.law.harvard.edu/tech/rss 60 In Need of a North Star for Canadian Pharmacy Practice https://www.cjhp-online.ca/index.php/cjhp/article/view/3412 Zack Dumont Copyright (c) 2022 Canadian Society of Hospital Pharmacists https://www.cjhp-online.ca/index.php/cjhp/article/view/3412 Mon, 09 Jan 2023 00:00:00 -0800 Besoin d’une étoile polaire pour guider la pratique de la pharmacie canadienne https://www.cjhp-online.ca/index.php/cjhp/article/view/3428 Zack Dumont Copyright (c) 2022 Canadian Society of Hospital Pharmacists https://www.cjhp-online.ca/index.php/cjhp/article/view/3428 Mon, 09 Jan 2023 00:00:00 -0800 Cultural Competency Education for Health Care Providers: A Literature Review to Guide Canadian Pharmacy Residency Programs https://www.cjhp-online.ca/index.php/cjhp/article/view/3242 <p><strong>Background:</strong> The need for cultural competency education has been emphasized for health care professionals in Canada. According to the Canadian Pharmacy Residency Board accreditation standards, pharmacy residents must be able to provide culturally competent care for their patients, further building upon the education received during their undergraduate pharmacy programs. Although these standards exist, guidance for their implementation in pharmacy residency programs is lacking.</p> <p><strong>Objectives:</strong> To review the available literature and develop recommendations for pharmacy residency coordinators and directors on cultural competency training for pharmacy residents. </p> <p><strong>Data Sources:</strong> A literature search was conducted to explore the literature concerning cultural competency education for pharmacy residents. The search was expanded to encompass literature involving pharmacy students and medical residents for information that could be applied to pharmacy residents.</p> <p><strong>Data Synthesis:</strong> The initial literature search did not yield any results for cultural competency education provided to pharmacy residents. The expanded search yielded information about methods used to educate pharmacy students and medical residents, including didactic lectures, online modules, experiential learning rotations, seminars, workshops, patient simulations and case discussions, and guest lectures by experts in the field or by patients.</p> <p><strong>Conclusions:</strong> It is recommended that interactive education methods be used to train pharmacy residents in cultural competency, to match the experiential learning structure of residency training programs. Methods that could be implemented include offering online modules or readings, arranging for guest speakers, contacting local experts and community members for guidance on creation of a suitable curriculum, and providing immersive rotations focused on diverse populations.</p> <p><strong>RÉSUMÉ</strong> </p> <p><strong>Contexte :</strong> La nécessité d’une formation portant sur les compétences culturelles s’adressant aux professionnels de la santé a été soulignée au Canada. Selon les normes d’agrément du Conseil canadien de la résidence en pharmacie, les résidents en pharmacie sont tenus de prodiguer des soins culturellement adaptés à leurs patients, renforçant leur formation pendant les programmes de premier cycle en pharmacie. Malgré ces normes, les directives encadrant leur mise en œuvre dans les programmes de résidence en pharmacie font défaut.</p> <p><strong>Objectifs :</strong> Examiner la documentation disponible et préparer des recommandations à l’intention des coordonnateurs et des directeurs de résidence en pharmacie sur la formation en compétences culturelles pour les résidents en pharmacie. </p> <p><strong>Sources des données :</strong> Une recherche documentaire a été menée pour étudier la littérature portant sur l’éducation en matière de compétences culturelles pour les résidents en pharmacie. La recherche a été élargie pour englober la littérature impliquant des étudiants en pharmacie et des résidents en médecine afin d’obtenir des informations pouvant être appliquées aux résidents en pharmacie.</p> <p><strong>Synthèse des données :</strong> La recherche documentaire initiale n’a donné aucun résultat en ce qui concerne l’enseignement des compétences culturelles offert aux résidents en pharmacie. La recherche élargie a quant à elle fourni des informations sur les méthodes utilisées pour former les étudiants en pharmacie et les résidents en médecine, y compris des conférences didactiques, des modules en ligne, des stages d’apprentissage expérientiel, des séminaires, des ateliers, des simulations de patients et des discussions de cas ainsi que des conférences d’experts invités dans le domaine ou de patients.</p> <p><strong>Conclusions :</strong> Il est recommandé d’utiliser des méthodes d’éducation interactives pour aider les résidents en pharmacie à acquérir des compétences culturelles pour que celles-ci correspondent à la structure d’apprentissage expérientiel de ces programmes. Les méthodes qui pourraient être mises en œuvre comprennent l’offre de modules ou de lectures en ligne, l’organisation de conférenciers invités, la prise de contact avec des experts locaux et des membres de la communauté pour obtenir des conseils sur la création d’un programme approprié et l’offre de stages d’immersion axés sur les diverses populations.</p> Joshua Nurkowski, Kari Rustad, Kirsten Fox Copyright (c) 2022 Canadian Society of Hospital Pharmacists https://www.cjhp-online.ca/index.php/cjhp/article/view/3242 Mon, 09 Jan 2023 00:00:00 -0800 Correction apportée à l’article « Pénuries de médicaments au Canada au cours des 24 derniers mois : la situation ne fait que qu’empirer » https://www.cjhp-online.ca/index.php/cjhp/article/view/3422 <p>Citation originale: Floutier M, Atkinson S, Lebel D, Bussières JF. Pénuries de médicaments au Canada au cours des 24 derniers mois : la situation ne fait que qu’empirer.<em> Can J Hosp Pharm</em>. 2021;74(1):75-9. (<strong>See DOI:</strong> <a href="https://doi.org/10.4212/cjhp.v74i1.3076">10.4212/cjhp.v74i1.3076</a>)</p> <p> </p> <p> </p> Copyright (c) 2022 Canadian Society of Hospital Pharmacists https://www.cjhp-online.ca/index.php/cjhp/article/view/3422 Mon, 09 Jan 2023 00:00:00 -0800 Pharmacists Are Medication Stewards https://www.cjhp-online.ca/index.php/cjhp/article/view/3409 Cynthia A Jackevicius Copyright (c) 2022 Canadian Society of Hospital Pharmacists https://www.cjhp-online.ca/index.php/cjhp/article/view/3409 Mon, 09 Jan 2023 00:00:00 -0800 Les pharmaciens et la gérance des médicaments https://www.cjhp-online.ca/index.php/cjhp/article/view/3427 Cynthia A. Jackevicius Copyright (c) 2022 Canadian Society of Hospital Pharmacists https://www.cjhp-online.ca/index.php/cjhp/article/view/3427 Mon, 09 Jan 2023 00:00:00 -0800 Pharmacy Practice in Quebec Emergency Departments: A Survey Study https://www.cjhp-online.ca/index.php/cjhp/article/view/3262 <p><strong>Background:</strong> According to a Canadian survey conducted in 2013, 37 of the 67 Quebec emergency departments (EDs) in hospitals with more than 50 beds reported having a pharmacist within the department. However, based on the 17 responses to the survey, it was not possible to determine patient care services offered by Quebec ED pharmacists, because the data were aggregated across all Canadian respondents. A provincial survey was undertaken to further define ED pharmacy practice within Quebec.</p> <p><strong>Objectives:</strong> To measure pharmacist involvement in EDs in the province of Quebec and to describe patient care services and interventions offered by these pharmacists. </p> <p><strong>Methods:</strong> A 47-question survey was sent to 33 directors of pharmacy departments, representing 90 hospitals and institutes with EDs in the province of Quebec. The directors of pharmacy were asked to forward the survey to an ED pharmacist for completion or to partially answer the survey themselves if their facilities had no pharmacists practising in the ED. The survey evaluated the presence of pharmacists in the ED, their training, the interventions they performed, and their involvement within the department. The presence and role of ED pharmacy technical staff were also evaluated. </p> <p><strong>Results:</strong> Of the 43 completed surveys received, 30 reported at least 1 pharmacist providing patient care within the facility’s ED. The most common tasks performed by ED pharmacists were, in decreasing order of frequency, answering questions from the multidisciplinary team, adjusting medications according to patients’ allergies or their renal or hepatic function, managing drug interactions, and clarifying prescriptions. Pharmacists also reported teaching pharmacy students and residents and supporting the team in the resuscitation area. </p> <p><strong>Conclusions:</strong> The majority of respondents reported having at least 1 pharmacist in the ED. Compared with previous Canadian results, this survey had more respondents from Quebec with better representation of ED pharmacy practice in the province. Patient care services provided by pharmacists were variable, possibly because of a lack of standardized practice guidelines.</p> <p><strong>RÉSUMÉ</strong> </p> <p><strong>Contexte :</strong> Selon une enquête canadienne menée en 2013, 37 des 67 services des urgences dans des hôpitaux québécois de plus de 50 lits ont déclaré avoir un pharmacien au sein de leur service. Cependant, à partir des 17 réponses de cette enquête, il n’a pas été possible de déterminer les services de soins aux patients offerts par les pharmaciens des services des urgences du Québec, car les données étaient agrégées pour tous les répondants canadiens. Une enquête provinciale a été menée pour mieux définir la pratique de la pharmacie au sein des services des urgences au Québec.</p> <p><strong>Objectifs :</strong> Mesurer l’implication des pharmaciens dans les services des urgences du Québec et décrire les services de soins aux patients et les interventions offerts par ces pharmaciens. </p> <p><strong>Méthodes :</strong> Un sondage comportant 47 questions a été envoyé à 33 chefs de départements de pharmacie, représentant 90 hôpitaux et instituts ayant un service des urgences au Québec. Les chefs de départements de pharmacie ont été invités à transmettre le sondage à un pharmacien du service des urgences pour qu’il y réponde; ou, si leur établissement ne comptait aucun pharmacien exerçant en service des urgences, à y répondre partiellement eux-mêmes. L’enquête a permis d’évaluer la présence des pharmaciens dans les services des urgences, leur formation, leurs interventions et leur implication au sein du département. La présence et le rôle du personnel technique en pharmacie des urgences ont également été évalués. </p> <p><strong>Résultats :</strong> Sur les 43 questionnaires remplis reçus, 30 indiquaient avoir au moins un pharmacien prodiguant des soins aux patients dans le service des urgences de l’établissement. Les tâches les plus courantes consistaient, par ordre décroissant de fréquence, à répondre aux questions de l’équipe multidisciplinaire, à adapter les médicaments selon les allergies des patients ou leur fonction rénale ou hépatique, à gérer les interactions médicamenteuses et à clarifier les ordonnances. Les pharmaciens ont également déclaré former les étudiants et les résidents en pharmacie et soutenir l’équipe dans la salle de réanimation.</p> <p><strong>Conclusions :</strong> La majorité des répondants ont déclaré avoir au moins un pharmacien au service des urgences. Par rapport aux résultats canadiens antérieurs, cette enquête comptait plus de répondants du Québec et indiquait une meilleure représentation de la pratique de la pharmacie au service des urgences dans la province. Les services de soins aux patients fournis par les pharmaciens étaient variables, peut-être en raison d’un manque de directives de pratique normalisées.</p> Jessica Doiron, Madeleine Genest, Julie Morin, Jean-François Patenaude-Monette, Pierre-Olivier Monast, Nathalie Marceau, Eric Villeneuve Copyright (c) 2022 Canadian Society of Hospital Pharmacists https://www.cjhp-online.ca/index.php/cjhp/article/view/3262 Mon, 09 Jan 2023 00:00:00 -0800 Risk of Treatment Failure for Prosthetic Joint Infections: Retrospective Chart Review in an Outpatient Parenteral Antimicrobial Therapy Program https://www.cjhp-online.ca/index.php/cjhp/article/view/3264 <p><strong>Background:</strong> Prosthetic joint infections (PJIs) are a major complication of total joint replacement surgeries. Treatment includes surgical intervention with prolonged courses of IV antibiotics in outpatient parenteral antimicrobial therapy (OPAT) programs. The risk of PJI treatment failure is high and may be associated with various clinical factors.</p> <p><strong>Objectives:</strong> To determine the rate of PJI treatment failure and to identify potential risk factors for failure in patients admitted to an OPAT program.</p> <p><strong>Methods:</strong> A retrospective chart review was conducted for adult patients with PJI admitted to an OPAT program between July 1, 2013, and July 1, 2019. Treatment courses were deemed to have failed according to predetermined criteria. χ<sup>2</sup> tests and multiple linear regression were used to examine associations of comorbidities, pathogens, and antimicrobial regimens with treatment failure. </p> <p><strong>Results:</strong> In total, 100 patients associated with 137 PJI treatment courses in the OPAT program were included. Of these, 28 patients accounted for 65 of the treatment courses. Methicillin-susceptible <em>Staphylococcus aureus</em> was the most frequently isolated pathogen (31/137 or 22.6% of treatment courses). Patient comorbidities included body mass index of at least 30 kg/m<sup>2</sup> (58% of patients) and diabetes (41% of patients). The overall rate of treatment failure was 56.2% (77/137 treatment courses). Selected risk factors associated with treatment failure or success were diabetes (50.9% versus 29.8%; odds ratio [OR] 4.03, 95% confidence interval [CI] 1.38–12.88, <em>p</em> = 0.013) and depression (32.1% versus 14.9%; OR 5.02, 95% CI 1.30–22.89,<em> p</em> = 0.025). </p> <p><strong>Conclusions:</strong> The overall rate of PJI treatment failure in the study population was high. Patients with diabetes and depression experienced higher incidences of failure. Future investigations of comprehensive PJI management should be considered to ensure successful treatment and to minimize excessive use of health care resources.</p> <p><strong>RÉSUMÉ</strong> </p> <p><strong>Contexte :</strong> Les infections des prothèses articulaires (IPA) sont une complication majeure des arthroplasties totales. Le traitement comprend une intervention chirurgicale avec des séries prolongées d’antibiotiques IV dans le cadre de programmes de traitement antimicrobien parentéral ambulatoire (<em>outpatient parenteral antimicrobial therapy</em>; OPAT). Le risque d’échec du traitement des IPA est élevé et peut être associé à divers facteurs cliniques.</p> <p><strong>Objectifs :</strong> Déterminer le taux d’échec du traitement des IPA et identifier les facteurs de risque chez les patients admis dans un programme OPAT.</p> <p><strong>Méthodes :</strong> Un examen rétrospectif des dossiers de patients adultes atteints d’une IPA admis dans un programme OPAT entre le 1<sup>er</sup> juillet 2013 et le 1<sup>er</sup> juillet 2019 a été mené. L’échec d’un traitement était défini selon des critères prédéterminés. Des tests χ<sup>2</sup> et une régression linéaire multiple ont été utilisés pour examiner les associations de comorbidités, d’agents pathogènes et de régimes antimicrobiens avec l’échec du traitement. </p> <p><strong>Résultats :</strong> Au total, 100 patients associés à 137 séries de traitements des IPA au sein du programme OPAT étaient inclus. Parmi ceux-ci, 28 patients représentaient 65 des séries de traitement. Le <em>Staphylococcus aureus</em> sensible à la méthicilline était l’agent pathogène le plus fréquemment isolé (31/137 soit 22,6 % des séries de traitement). Les comorbidités des patients comprenaient un indice de la masse corporelle d’au moins 30 kg/m<sup>2</sup> (58 % des patients) et un diabète (41 % des patients). Le taux global d’échec thérapeutique était de 56,2 % (77/137 séries de traitement). Les facteurs de risque sélectionnés associés à l’échec ou à la réussite du traitement étaient le diabète (50,9 % contre 29,8 %; rapport de cotes [RC] 4,03, intervalle de confiance à 95 % 1.38-12.88, <em>p</em> = 0,013) et la dépression (32,1 % contre 14,9 %; RC 5,02, IC à 95 % 1.30-22.89, <em>p</em> = 0,025). </p> <p><strong>Conclusions :</strong> Le taux global d’échec du traitement de l’IPA dans la population étudiée était élevé. L’incidence des échecs chez les patients atteints de diabète et de dépression était plus élevée. Des enquêtes futures sur la prise en charge globale de l’IPA devraient être envisagées pour garantir la réussite du traitement et réduire au minimum l’utilisation excessive des ressources de soins de santé.</p> Deanna Flaten, Liam Berrigan, Anna Spirkina, Alfred Gin Copyright (c) 2022 Canadian Society of Hospital Pharmacists https://www.cjhp-online.ca/index.php/cjhp/article/view/3264 Mon, 09 Jan 2023 00:00:00 -0800 Comparison of a Fully Weight-Based Protocol with a Non–Weight-Based Dosage Titration Protocol for IV Unfractionated Heparin: A Before-and-After Study https://www.cjhp-online.ca/index.php/cjhp/article/view/3265 <p><strong>Background:</strong> Unfractionated heparin (UFH) is used for the prevention and treatment of arterial or venous thromboembolism. The dosage for IV infusion of UFH is generally based on the patient’s weight, with adjustment to a specific target for activated partial thromboplastin time (aPTT). In May 2019, the UFH protocols at the study institution were changed from being fully weight-based (i.e., for both initial dosing and subsequent dosage titrations) to weight-based initial dosing and non–weight-based dosage titrations, but the relative effectiveness of these 2 approaches was not known.</p> <p><strong>Objectives:</strong> The primary objective was to compare the effectiveness in achieving therapeutic aPTT with the fully weight-based and non–weight-based dosage titration protocols. The secondary objective was to compare the effectiveness of the non–weight-based dosage titration protocol with that of the previous fully weight-based one for patients with low-target aPTT.</p> <p><strong>Methods:</strong> A single-centre, retrospective, observational before-and-after study was conducted for patients receiving therapeutic UFH for any indication. Patients in the “before” group (fully weight-based protocol) were treated from January 2015 to October 2016, and those in the “after” group (non–weight-based titration) from January to October 2020.</p> <p><strong>Results:</strong> From a total of 1969 charts screened, 137 patients treated according to the fully weight-based protocols and 130 patients treated according to the non–weight-based titration protocols were included. In terms of the co-primary objective, the median number of dosage adjustments to achieve therapeutic anticoagulation was 1 in both groups (<em>p</em> = 0.48), and the proportion of patients with therapeutic anticoagulation at 24 h was similar (96.2% [125/130] with the non–weight-based titration protocols versus 99.3% [136/137] with the fully weight-based protocols; <em>p</em> = 0.09). Among patients treated according to the low-target UFH protocols, those with the non–weight-based titration protocol were less likely to have therapeutic anticoagulation at first measurement of aPTT than those with the fully weight-based protocol (37.9% [25/66] versus 44.6% [41/92], <em>p</em> = 0.033).</p> <p><strong>Conclusions:</strong> This retrospective, observational, before-and-after study showed that the effectiveness of the non–weight-based dosage titration protocols in achieving therapeutic aPTT was similar to that of fully weight-based UFH protocols.</p> <p><strong>RÉSUMÉ</strong></p> <p><strong>Contexte :</strong> L’héparine non fractionnée (HNF) est utilisée pour la prévention et le traitement de la thromboembolie artérielle ou veineuse. La posologie de la perfusion par IV d’HNF se base généralement sur le poids du patient, avec un ajustement à un objectif précis du temps moyen de céphaline activée (TCA). En mai 2019, les protocoles d’HNF de l’établissement à l’étude sont passés d’une approche entièrement basée sur le poids (à la fois pour la posologie initiale et les titrages posologiques ultérieurs) à une posologie initiale basée sur le poids, et à des titrages posologiques non basés sur le poids. Cependant, l’efficacité relative de ces 2 approches était inconnue.</p> <p><strong>Objectifs :</strong> L’objectif principal de l’étude consistait à comparer dans quelle mesure les protocoles entièrement basés sur le poids et les protocoles de titrage non basés sur le poids étaient efficaces pour atteindre le TCA thérapeutique. L’objectif secondaire consistait quant à lui à comparer l’efficacité du protocole de titrage de dose non basé sur le poids au protocole précédent entièrement basé sur le poids chez les patients ayant une faible cible de TCA.</p> <p><strong>Méthodes :</strong> Une étude monocentrique, rétrospective, observationnelle avant-après a été menée chez des patients recevant de l’HNF thérapeutique, toutes indications confondues. Les patients du groupe « Avant » (protocole entièrement basé sur le poids) ont été traités de janvier 2015 à octobre 2016, et ceux du groupe « Après » (protocole de titrage de dose non basé sur le poids) de janvier à octobre 2020.</p> <p><strong>Résultats :</strong> À partir de 1969 dossiers examinés, 137 patients traités selon les protocoles entièrement basés sur le poids et 130 patients traités selon les protocoles d’ajustement posologique non basés sur le poids ont été inclus. En ce qui concerne l’objectif co-principal, le nombre médian d’ajustements posologiques pour obtenir une anticoagulation thérapeutique était de 1 dans les deux groupes (<em>p</em> = 0,48), et la part de patients ayant une anticoagulation thérapeutique à 24 h était similaire (96,2 % [125/130] avec les protocoles non basés sur le poids contre 99,3 % [136/137] avec ceux entièrement basés sur le poids [<em>p</em> = 0,09]). Parmi les patients traités selon les protocoles HNF à faible cible, ceux avec le protocole de titrage non basé sur le poids étaient moins susceptibles de connaître une anticoagulation thérapeutique à la première mesure du TCA que ceux avec le protocole entièrement basé sur le poids <br />(37,9 % [25/66] contre 44,6 % [41/92], <em>p</em> = 0,033).</p> <p><strong>Conclusions :</strong> Cette étude rétrospective et observationnelle avant-après a montré que l’efficacité des protocoles d’ajustement posologique non basés sur le poids pour obtenir un TCA thérapeutique était similaire à celle des protocoles d’HNF entièrement basés sur le poids.</p> Thomas Cameron, Doson Chua, Stephen Shalansky, Edwin Tam, Erica Wang Copyright (c) 2022 Canadian Society of Hospital Pharmacists https://www.cjhp-online.ca/index.php/cjhp/article/view/3265 Mon, 09 Jan 2023 00:00:00 -0800 Opioid and Sedative Coprescription: Prescribing Patterns after an ICU Admission https://www.cjhp-online.ca/index.php/cjhp/article/view/3245 <p><strong>Background:</strong> Opioid misuse constitutes a health care crisis in Canada, and coprescription of opioids with sedatives has been associated with adverse events. Opioids and sedatives are frequently administered in the intensive care unit (ICU). The rate of continuation of opioid–sedative combinations after an ICU admission at the study institution was unknown. </p> <p><strong>Objectives:</strong> To determine the rates of opioid and sedative coprescriptions following an ICU admission and to identify factors associated with continuation of hospital-initiated opioid–sedative coprescriptions at ICU transfer and hospital discharge.</p> <p><strong>Methods:</strong> This retrospective chart review involved patients admitted to ICUs at a tertiary care centre between April 1, 2018, and March 31, 2019. Baseline characteristics were obtained from a clinical database and medication information from medication reconciliation forms. An opioid coprescription was defined as prescription of an opioid in combination with a sedative (benzodiazepine, z-drug, gabapentinoid, tricyclic antidepressant, or antipsychotic), and hospital-initiated coprescriptions encompassed various predefined scenarios of therapy started or modified before ICU transfer. Factors associated with hospital-initiated opioid coprescription were analyzed by multivariable logistic regression. </p> <p><strong>Results:</strong> A total of 735 patients met the inclusion criteria. At ICU transfer, 23.0% (169/735) of the patients had an opioid coprescription, and 87.0% (147/169) of these coprescriptions were hospital-initiated. At hospital discharge, 8.6% (44/514) of the patients had an opioid coprescription, and 56.8% (25/44) of these coprescriptions were hospital-initiated. Male sex, home opioid coprescription, surgical patient, prolonged hospital stay, and in-hospital death were significantly associated with hospital-initiated opioid coprescription at the time of ICU transfer. Home opioid coprescription was significantly associated with opioid coprescription at the time of hospital discharge.</p> <p><strong>Conclusions:</strong> Hospital-initiated opioid coprescriptions accounted for the majority of opioid coprescriptions at ICU transfer and hospital discharge. Pharmacists should assess all opioid coprescriptions to determine whether discontinuation and/or dose reduction is appropriate.</p> <p><strong>RÉSUMÉ</strong></p> <p><strong>Contexte :</strong> L’abus d’opioïdes est une crise sanitaire au Canada, et les opioïdes coprescrits avec des sédatifs ont été associés à des événements indésirables. Les opioïdes et les sédatifs sont fréquemment utilisés en unité de soins intensifs (USI). Sur le lieu de l’étude, on ne connaissait pas le taux de maintien de l’utilisation de la combinaison opioïdes-sédatifs après une admission en USI. </p> <p><strong>Objectifs :</strong> Déterminer les taux de coprescription d’opioïdes et de sédatifs suite à une admission en USI et identifier les facteurs associés au maintien de l’utilisation des coprescriptions d’opioïdes et de sédatifs amorcées par l’hôpital au moment du transfert hors de l’USI et du congé hospitalier.</p> <p><strong>Méthodes :</strong> Cet examen rétrospectif des dossiers portait sur des patients admis en USI d’un centre de soins tertiaires entre le 1<sup>er</sup> avril 2018 et le 31 mars 2019. Les caractéristiques de base ont été obtenues à partir d’une base de données clinique et des informations sur les médicaments à partir des formulaires de bilan comparatif des médicaments. Une coprescription d’opioïdes a été définie comme « La prescription d’un opioïde associée à un sédatif (benzodiazépine, médicament z, gabapentinoïde, antidépresseur tricyclique ou antipsychotique) ». Les « coprescriptions amorcées par l’hôpital » correspondaient à des coprescriptions initiées ou modifiées avant le transfert hors de l’USI, selon des scénarios préalablement définis. Les facteurs associés à la coprescription d’opioïdes amorcée par l’hôpital ont été analysés par régression logistique multivariée. </p> <p><strong>Résultats :</strong> Au total, 735 patients répondaient aux critères d’inclusion. Lors du transfert hors de l’USI, des opioïdes étaient coprescrits à 23,0 % (169/735) d’entre eux; de ces coprescriptions, 87,0 % (147/169) étaient amorcées par l’hôpital. Au moment du congé hospitalier, des opioïdes étaient coprescrits à 8,6 % (44/514) d’entre eux; de ces coprescriptions, 56,8 % (25/44) étaient amorcées par l’hôpital. Le sexe masculin, la coprescription d’opioïdes à domicile, l’admission en chirurgie, le séjour prolongé à l’hôpital et le décès à l’hôpital étaient fortement associés à la coprescription d’opioïdes amorcée par l’hôpital au moment du transfert hors de l’USI. La coprescription d’opioïdes à domicile était fortement associée à la coprescription d’opioïdes au moment du congé de l’hôpital.</p> <p><strong>Conclusions :</strong> Les coprescriptions d’opioïdes amorcées par l’hôpital représentaient la majorité des coprescriptions au moment du transfert hors de l’USI et au moment du congé de l’hôpital. Les pharmaciens doivent évaluer toutes les coprescriptions d’opioïdes pour déterminer si l’arrêt et/ou la réduction de la dose est appropriée.</p> Tiffany Tozer, Meghan MacKenzie, Sarah Burgess, Osama Loubani, Heather Neville Copyright (c) 2022 Canadian Society of Hospital Pharmacists https://www.cjhp-online.ca/index.php/cjhp/article/view/3245 Mon, 09 Jan 2023 00:00:00 -0800 Development of Quality Indicators to Evaluate the Appropriateness of Empiric Antimicrobial Use in Pediatric Patients https://www.cjhp-online.ca/index.php/cjhp/article/view/3258 <p><strong>Background:</strong> Use of quality indicators is one strategy recommended to assess antimicrobial prescribing for pediatric inpatients. </p> <p><strong>Objective:</strong> To achieve consensus from infectious diseases clinicians on quality indicators that characterize appropriate empiric antimicrobial use for the management of infectious syndromes in pediatric inpatients.</p> <p><strong>Methods:</strong> This study was completed using the Delphi technique. The research team developed an initial list of quality indicators, informed by a literature search. A multidisciplinary group of health care providers with expertise in infectious diseases was invited to participate. The list was disseminated to this panel of experts using Opinio survey software. The experts were asked to rate the indicators on a 9-point Likert scale in relation to the following criterion: “The importance of each item in determining appropriateness considering benefit or harm at the individual or population level”. Consensus was defined as at least 75% agreement and a median score of 7 or higher. </p> <p><strong>Results:</strong> Twelve of 31 invited experts completed at least 1 round of the survey, and 10 completed all rounds. Consensus was achieved on 28 of 31 proposed indicators after 3 rounds. Indicators with consensus were categorized under “empiric choice” (<em>n</em> = 12 indicators), “dose” (<em>n</em> = 5), “duration” (<em>n</em> = 2), “administration” (<em>n</em> = 4), “diagnosis” (<em>n</em> = 2), and “documentation” (<em>n</em> = 3). Six of the indicators for which consensus was achieved were rephrased by the experts.</p> <p><strong>Conclusions:</strong> Consensus was achieved on quality indicators to assess the appropriateness of empiric antimicrobial use in pediatric patients. Clinicians and researchers can use these consensus-based indicators to assess adherence to best practice.</p> <p><strong>RÉSUMÉ</strong></p> <p><strong>Contexte :</strong> L’utilisation d’indicateurs de qualité est l’une des stratégies recommandées pour évaluer la prescription d’antimicrobiens aux patients pédiatriques hospitalisés. </p> <p><strong>Objectif :</strong> Parvenir à un consensus, entre les cliniciens des maladies infectieuses, portant sur les indicateurs de qualité qui caractérisent l’utilisation empirique appropriée des antimicrobiens pour la prise en charge des syndromes infectieux chez les patients pédiatriques hospitalisés.</p> <p><strong>Méthodes :</strong> Cette étude a été réalisée à l’aide de la technique Delphi. L’équipe de recherche a dressé une liste initiale d’indicateurs de qualité éclairée par une recherche documentaire. Un groupe multidisciplinaire de prestataires de soins de santé ayant une expertise dans le domaine des maladies infectieuses a été invité à participer. La liste a été diffusée à ce panel d’experts à l’aide du logiciel d’enquête Opinio. Les experts ont été invités à noter les indicateurs sur une échelle de Likert de 9 points par rapport au critère suivant : « L’importance de chaque élément pour déterminer la pertinence compte tenu du bienfait ou du dommage à l’échelle individuelle ou de la population ». Le consensus était défini comme « Un accord d’au moins 75 % et un score médian d’au moins 7 ». </p> <p><strong>Résultats :</strong> Douze des 31 experts invités ont terminé au moins 1 cycle de l’enquête et 10 les ont tous terminés. Un consensus a été atteint pour 28 des 31 indicateurs proposés après 3 cycles. Les indicateurs qui ont atteint le consensus ont été classés en « choix empirique » (<em>n</em> = 12 indicateurs), « dose » (<em>n</em> = 5), « durée » (<em>n</em> = 2), « administration » (<em>n</em> = 4), « diagnostic » (<em>n</em> = 2) et « documentation » (<em>n</em> = 3). Six indicateurs faisant consensus ont été reformulés par les experts.</p> <p><strong>Conclusions :</strong> Un consensus a été atteint pour les indicateurs de qualité visant à évaluer l’utilisation empirique appropriée des antimicrobiens chez les patients pédiatriques. Les cliniciens et les chercheurs peuvent utiliser ces indicateurs basés sur le consensus pour évaluer le respect des meilleures pratiques.</p> Holly MacKinnon, Kathryn Slayter, Jeannette Comeau, Kathryn Timberlake, Michelle Science, Emily K Black Copyright (c) 2022 Canadian Society of Hospital Pharmacists https://www.cjhp-online.ca/index.php/cjhp/article/view/3258 Mon, 09 Jan 2023 00:00:00 -0800 Evaluating the Influence of IV Ketamine on Postoperative Opioid Use for Surgical Patients at a Tertiary Care Centre https://www.cjhp-online.ca/index.php/cjhp/article/view/3309 <p><strong>Background:</strong> Subanesthetic doses of ketamine have been shown to improve the efficacy of opioids, increase pain control, and exemplify opioid-sparing effects when used as postoperative analgesia for adults.</p> <p><strong>Objectives:</strong> To determine, for surgical patients, the impact of IV ketamine infusions on opioid use in hospital, overall and within 24 h before discharge, as well as pain scores.</p> <p><strong>Methods:</strong> A retrospective matched cohort study was conducted, in which surgical patients exposed to ketamine were compared with those not exposed to ketamine, among admissions from January 1, 2018, to February 28, 2020. Patients were matched for age, surgical service, and sex.</p> <p><strong>Results:</strong> A total of 104 patients were included in the study. Overall, there was no significant difference in mean total opioid use in hospital for patients exposed and not exposed to ketamine (171.7 mg versus 115.5 mg oral morphine equivalent [OME], <em>p</em> = 0.09), nor was there any difference in opioid use in the 24 h before discharge (28.2 mg versus 18.2 mg OME, <em>p</em> = 0.14). Patient-reported pain scores did not differ between groups. More patients in the ketamine group experienced hallucinations than in the group not exposed to ketamine (5 versus 0, <em>p</em> = 0.024).</p> <p><strong>Conclusions:</strong> Overall, subanesthetic doses of IV ketamine used postoperatively in surgical patients did not decrease opioid use or patient-reported pain. More patients who received ketamine had documented hallucinations. These results will help guide postoperative analgesia practice and strategies to reduce opioid use.</p> <p><strong>RÉSUMÉ</strong></p> <p><strong>Contexte :</strong> Il a été démontré que des doses sous-anesthésiques de kétamine améliorent l’efficacité des opioïdes, augmentent le contrôle de la douleur et illustrent les effets d’épargne des opioïdes lorsqu’elles sont utilisées comme analgésie postopératoire chez l’adulte.</p> <p><strong>Objectifs :</strong> Déterminer, pour les patients chirurgicaux, l’impact des perfusions de kétamine IV sur la consommation d’opioïdes à l’hôpital en général et dans les 24 h précédant la sortie, ainsi que les scores de douleur.</p> <p><strong>Méthodes :</strong> Une étude de cohorte rétrospective appariée a été menée dans laquelle on a comparé, chez les patients chirurgicaux admis du 1<sup>er</sup> janvier 2018 au 28 février 2020, ceux qui ont été exposés à la kétamine à ceux non exposés à la kétamine. Les patients ont été appariés selon l’âge, le service chirurgical et le sexe.</p> <p><strong>Résultats :</strong> Au total, 104 patients ont été inclus dans l’étude. Dans l’ensemble, il n’y avait pas de différence significative dans la consommation totale moyenne d’opioïdes à l’hôpital pour les patients exposés et non exposés à la kétamine (171,7 mg contre 115,5 mg d’équivalents de morphine orale [OME], <em>p</em> = 0,09), ni de différence dans la consommation d’opioïdes dans les 24 h avant la sortie (28,2 mg contre 18,2 mg OME, <em>p</em> = 0,14). Les scores de douleur rapportés par les patients ne différaient pas entre les groupes. Plus de patients du groupe kétamine que du groupe non exposé à la kétamine ont eu des hallucinations (5 contre 0, <em>p</em> = 0,024).</p> <p><strong>Conclusions :</strong> Dans l’ensemble, les doses sous-anesthésiques de kétamine IV utilisées après l’opération chez les patients chirurgicaux n’ont pas diminué l’utilisation d’opioïdes ni la douleur signalée par les patients. Plus de patients ayant reçu de la kétamine avaient des hallucinations documentées. Ces résultats aideront à guider la pratique de l’analgésie postopératoire et les stratégies visant à réduire l’utilisation d’opioïdes.</p> Danielle Porter, Sharon Yamashita, Martin Van Der Vyver, Romina Marchesano Copyright (c) 2022 Canadian Society of Hospital Pharmacists https://www.cjhp-online.ca/index.php/cjhp/article/view/3309 Mon, 09 Jan 2023 00:00:00 -0800 The Role of Home Care Pharmacists in the Edmonton Zone: A Retrospective Study https://www.cjhp-online.ca/index.php/cjhp/article/view/3172 <p><strong>Background:</strong> Despite the rising demand for home-based health care services in Canada and the increasing medical complexity of elderly patients, there is limited literature exploring the role of home care pharmacists and the clinical activities they perform.</p> <p><strong>Objectives:</strong> The primary objective was to describe the types and frequencies of clinical activities (both interventions and recommendations) performed by home care pharmacists upon initial consultation. The secondary objective was to determine which patient characteristics resulted in the highest number of clinical activities.</p> <p><strong>Methods:</strong> This study was a retrospective review of adult patients who had an initial in-person or telemedicine consultation with home care pharmacists from June 2018 to May 2019 in the Edmonton Zone of Alberta Health Services.</p> <p><strong>Results:</strong> Of the 355 patients whose records were screened, 318 (89.6%) were included in the analysis. Of these, 191 (60.1%) were female, and the median age was 79 years (interquartile range [IQR] 68–86 years). The median numbers of medical conditions and medications were 6 and 10, respectively. Of the total of 1172 clinical activities, there was a median of 3 (IQR 2–5) per patient, irrespective of the patient’s medical conditions, including those with the most common conditions. The most common activities were patient counselling (<em>n</em> = 160, 13.7%), collaboration with another health care professional (<em>n</em> = 157, 13.4%), and deprescribing <br />(<em>n</em> = 140, 11.9%). Across all activities, pharmacists performed a total of 562 interventions and made 610 recommendations. Each additional year of age and each additional medication on a patient’s medication list resulted in an increase in the number of clinical activities (by 0.01 for each additional year of age [<em>p</em> = 0.003] and by 0.03 for each additional medication [<em>p</em> &lt; 0.001]).</p> <p><strong>Conclusions:</strong> Home care pharmacists in the Edmonton Zone performed a wide range of clinical activities, particularly for older patients and those with more medications. Further research is required to evaluate the outcomes of pharmacist consultations.</p> <p><strong>RÉSUMÉ</strong></p> <p><strong>Contexte :</strong> Malgré l’augmentation de la demande de services de soins de santé à domicile au Canada et la complexité médicale croissante des patients âgés, il existe peu de documentation examinant le rôle des pharmaciens au sein de l’équipe de soins à domicile et leurs activités cliniques.</p> <p><strong>Objectifs :</strong> L’objectif primaire consistait à décrire le type et la fréquence des activités cliniques (interventions et recommandations) effectuées par les pharmaciens à domicile lors de la consultation initiale. L’objectif secondaire consistait quant à lui à déterminer les caractéristiques des patients qui ont entraîné le plus grand nombre d’activités cliniques.</p> <p><strong>Méthodes :</strong> Cette étude était une revue rétrospective de patients adultes ayant eu une première consultation en personne ou par télémédecine avec des pharmaciens de soins à domicile de juin 2018 à mai 2019 dans la zone d’Edmonton des services de soins de santé de l’Alberta.</p> <p><strong>Résultats :</strong> Sur les 355 patients dont les dossiers ont été examinés, <br />318 (89,6 %) ont été inclus dans l’analyse. Parmi eux, l’âge médian était de 79 ans (écart interquartile [IQR] 68–86) et 191 (60,1 %) étaient des femmes. Le nombre médian de problèmes médicaux et de médicaments était respectivement de 6 et 10. Sur les 1172 activités cliniques au total, le nombre médian était de 3 activités (IQR 2-5) par patient, indépendamment de ses problèmes médicaux, y compris ceux présentant les maladies les plus courantes. Les activités les plus courantes étaient le conseil aux patients (<em>n</em> = 160, 13,7 %), la collaboration avec un autre fournisseur de soins de santé (<em>n</em> = 157, 13,4 %) et la déprescription (<em>n</em> = 140, 11,9 %). Toutes activités confondues, les pharmaciens ont effectué 562 interventions et fait 610 recommandations. Chaque année d’âge supplémentaire et chaque médicament ajouté à la liste des médicaments donnaient lieu à une augmentation du nombre d’activités cliniques (de 0,01 pour chaque année d’âge supplémentaire [p = 0,003] et de 0,03 pour chaque médicament supplémentaire [<em>p</em> &lt; 0,001]).</p> <p><strong>Conclusions :</strong> Les pharmaciens de soins à domicile de la zone d’Edmonton effectuaient un large éventail d’activités cliniques, en particulier pour les patients âgés et ceux prenant plus de médicaments. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour évaluer les résultats des consultations des pharmaciens.</p> Jasmine Gill, Erin Duteau, Tammy J Bungard, Danielle Kuzyk, Melanie Danilak Copyright (c) 2022 Canadian Society of Hospital Pharmacists https://www.cjhp-online.ca/index.php/cjhp/article/view/3172 Mon, 09 Jan 2023 00:00:00 -0800 Discerning Clinician Perceptions of an Established Opioid Stewardship (DISCLOSE) Program https://www.cjhp-online.ca/index.php/cjhp/article/view/3292 <p><strong>Background:</strong> The Opioid Stewardship Program (OSP) was created to promote safe and rational prescribing of opioids, where the risks associated with providing opioids for patients must be balanced against the risk of patients experiencing uncontrolled pain. The pharmacist-led OSP was established at 2 Fraser Health Authority (FHA) sites, British Columbia, to provide clinical services through patient referrals and screening. The rate of acceptance of OSP pharmacists’ recommendations has been high, but there was a need to assess clinicians’ perceptions of the program.</p> <p><strong>Objectives:</strong> To assess the perceptions of health care professionals at FHA hospitals offering the OSP regarding various aspects of the program and to identify areas of the program that could be modified to further optimize service delivery.</p> <p><strong>Methods:</strong> A prospective cross-sectional survey was distributed to about 250 targeted health care professionals, who answered questions regarding their perceptions of the OSP. Data were analyzed using simple descriptive statistics. </p> <p><strong>Results:</strong> A total of 71 respondents initiated the survey, of whom 59 were included in the final analyses. Most participants indicated that the OSP pharmacists’ suggestions were valuable for optimizing pain management (52/57, 91%) and preventing adverse events (49/56, 88%). Most participants were satisfied with the quality of communication (51/56, 91%), timeliness to consults (51/52, 98%), and recommendations provided (52/55, 95%). Increasing knowledge transfer, improving communication about intentions for patient follow-up, and expanding services at current sites and to other sites were recommended to improve the OSP. </p> <p><strong>Conclusions:</strong> Clinicians responding to the survey reported a high level of satisfaction with and positive views of the pharmacist-led OSP. Providing more education and clarifying intentions for patient follow-up are modifications that could be made to improve the program.</p> <p><strong>RÉSUMÉ</strong></p> <p><strong>Contexte :</strong> L’Opioid Stewardship Program (OSP) [programme de gestion des opioïdes] a été mis sur pied pour encourager la prescription sûre et rationnelle d’opioïdes qui permet de peser les risques associés à leur délivrance contre les risques que le patient ressente une douleur incontrôlée. L’OSP, dirigé par les pharmaciens, a été mis en place sur 2 sites de la Fraser Health Authority (FHA) (Colombie-Britannique) afin de fournir des services cliniques par l’entremise de l’aiguillage et du dépistage des patients. Le taux d’acceptation des recommandations des pharmaciens de l’OSP était élevé, mais il était nécessaire d’évaluer la perception des cliniciens à l’égard du programme.</p> <p><strong>Objectifs :</strong> Évaluer les perceptions des professionnels de la santé dans les hôpitaux de la FHA offrant l’OSP à l’égard de divers aspects du programme et cerner ceux qui pourraient être modifiés pour optimiser la prestation de services.</p> <p><strong>Méthodes :</strong> Une enquête prospective transversale a été distribuée à environ 250 professionnels de la santé ciblés, qui ont répondu à des questions portant sur leur perception de l’OSP. Les données ont été analysées à l’aide de statistiques descriptives simples. </p> <p><strong>Résultats :</strong> Au total, les réponses de 71 répondants ont fait l’objet d’analyses. La plupart des participants ont indiqué que les suggestions des pharmaciens de l’OSP étaient utiles pour optimiser la gestion de la douleur (52/57, 91 %) et prévenir les événements indésirables (49/56, 88 %). La plupart des participants étaient satisfaits de la qualité de la communication (51/56, 91 %), de la rapidité des consultations (51/52, 98 %) et des recommandations fournies (52/55, 95 %). Les recommandations suivantes ont été formulées pour améliorer l’OSP : amélioration du transfert des connaissances; amélioration de la communication sur les intentions de suivi des patients; et élargissement des services sur les sites actuels et à d’autres sites. </p> <p><strong>Conclusions :</strong> Les cliniciens qui ont répondu au sondage ont fait état d’un niveau élevé de satisfaction et d’opinions positives à l’égard de l’OSP dirigé par les pharmaciens. Une formation accrue et la clarification des intentions quant au suivi des patients sont des modifications qui pourraient être apportées en vue d’améliorer le programme.</p> Cynthia Ramasubbu, Kseniya Chernushkin, Karen Ng, Michael Legal Copyright (c) 2022 Canadian Society of Hospital Pharmacists https://www.cjhp-online.ca/index.php/cjhp/article/view/3292 Mon, 09 Jan 2023 00:00:00 -0800