Assessing Use of a Standardized Allergy History Questionnaire for Patients with Reported Allergy to Penicillin

Authors

  • Jessica Manning University Hospital of Northern British Columbia
  • Robert T Pammett Northern Health, The University of British Columbia
  • Abu Obeida Hamour University Hospital of Northern British Columbia, The University of British Columbia
  • Aleisha Enemark University Hospital of Northern British Columbia
  • Barret Barr University Hospital of Northern British Columbia

DOI:

https://doi.org/10.4212/cjhp.v74i2.3096

Abstract

Background: Inappropriate allergy labelling is associated with significant clinical and pharmacoeconomic implications. Detailed antimicrobial allergy assessments represent a key component of antimicrobial stewardship and aid in identifying true type I (immediate hypersensitivity) reactions. The allergy history form currently used at the University Hospital of Northern British Columbia (UHNBC), in Prince George, relies on the assessor’s ability to ask appropriate prompting questions to obtain a thorough history, but it may not be sufficient to accurately identify true allergies.

Objective: To compare a standardized allergy history questionnaire and the current allergy history form in terms of the quality and quantity of documentation gathered.

Methods: This prospective observational study involved patients who were admitted to medical and surgical services at UHNBC from November 2018 to January 2019 with a penicillin-class allergy reported on their electronic medical record (EMR). A list of patients with EMR-reported allergies was generated by the hospital’s health information software system, and these patients were interviewed using the standardized allergy history questionnaire.

Results: A total of 48 patients were assessed during the study period. Nineteen (40%) of the patients had an inappropriate allergy label on their EMR. Only 36 (75%) had an allergic reaction described on their EMR. Furthermore, only 36 (75%) of the 48 patients had the same allergy recorded on the EMR and on the allergy history form contained in their paper chart, of whom 22 had a documented reaction. The mean time to complete the standardized allergy history questionnaire was 2 minutes.

Conclusions: At the study institution, documentation of allergy histories was often incomplete. Detailed allergy assessments are the first step in identifying true immunoglobulin E–mediated hypersensitivity reactions. Utilization of a standardized allergy history questionnaire is feasible and may serve to improve documentation and overall antimicrobial stewardship.

RÉSUMÉ

Contexte : L’étiquetage inapproprié de l’allergie est associé à des conséquences cliniques et pharmacoéconomiques importantes. Les évaluations détaillées des allergies antimicrobiennes sont une composante-clé de la gestion antimicrobienne : elles contribuent à déterminer les réactions d’hypersensibilité véritables de type 1 (immédiates). Le formulaire des antécédents d’allergies actuellement utilisé à l’University Hospital of Northern British Columbia (UHNBC), à Prince George, s’appuie sur la capacité de l’évaluateur à poser les questions appropriées pour obtenir un historique détaillé, mais il ne suffit pas de déterminer précisément les véritables allergies.

Objectif : Comparer la qualité et la quantité des informations recueillies au moyen d’un questionnaire normalisé sur les antécédents d’allergies avec celles recueillies au moyen des formulaires.

Méthodes : Cette étude d’observation prospective portait sur des patients admis dans les services médicaux et chirurgicaux à l’UHNBC de novembre 2018 à janvier 2019, dont les dossiers médicaux électroniques (DME) indiquaient une allergie à des médicaments de la classe de la pénicilline. Le logiciel des informations sur la santé a généré une liste des patients présentant les allergies indiquées et ces patients ont été interrogés à l’aide d’un questionnaire normalisé des antécédents d’allergies.

Résultats : Un total de 48 patients a été évalué pendant la période de l’étude. Le DME de dix-neuf (40 %) patients portait une étiquette inappropriée. Seuls 36 DME des patients (75 %) décrivaient une réaction allergique. De plus, seulement 36 (75 %) des 48 patients avaient la même réaction allergique enregistrée à la fois au DME et dans le formulaire des antécédents d’allergies de leur dossier papier, et la réaction de 22 d’entre eux était documentée. Le temps de réponse moyen au questionnaire normalisé sur les antécédents d’allergies était de 2 minutes.

Conclusion : Dans cette étude, la description des antécédents d’allergies était souvent incomplète. Les évaluations détaillées des allergies sont la première étape permettant de déterminer les réactions véritables d’hypersensibilité à l’immunoglobuline E. L’utilisation d’un questionnaire normalisé des antécédents d’allergies est faisable et pourrait servir à améliorer la documentation ainsi que la gestion globale des antimicrobiens.

 

Downloads

Download data is not yet available.

Published

2021-04-19

Issue

Section

Original Research / Recherche originale