Effectiveness and Safety of Palbociclib plus Endocrine Therapy in Hormone Receptor– Positive, HER2-Negative Metastatic Breast Cancer: Real-World Results

Authors

  • Cristina Fernández-Cuerva Hospital Regional Universitario de Málaga
  • Juan Carlos del Rio Valencia St Bernard’s Hospital
  • Rocio Tamayo Bermejo Hospital Regional Universitario de Málaga

DOI:

https://doi.org/10.4212/cjhp.v75i1.3252

Abstract

Background: Real-world data are critical to demonstrate the reproducibility of evidence and the external generalizability of randomized clinical trials. Palbociclib is an oral small-molecule inhibitor of cyclin-dependent kinases 4/6 that has been shown to improve progression-free survival when combined with letrozole or fulvestrant in phase 3 clinical trials. 

Objective: To evaluate real-world outcomes in patients with metastatic breast cancer who received palbociclib in combination with endocrine therapy in routine clinical practice. 

Methods: In this retrospective observational multicentre study, data were evaluated for all women with metastatic breast cancer who were treated with palbociclib from April 2017 to September 2019. Treatment response was assessed through progression-free survival according to the Response Evaluation Criteria in Solid Tumors, version 1.1. 

Results: Fifty-three patients were included in the study, with median age 57 years (range 31–87 years). For all patients treated with palbociclib, median progression-free survival by the end of the study period was 14.4 months (95% confidence interval [CI] 6.2–22.2 months). Twenty-three women who received palbociclib as a first-line treatment did not experience progression-free survival; for these patients, the median treatment duration was 12.1 months (95% CI 1.4–28.0 months). For the 23 patients who received palbociclib as second-line therapy for metastatic breast cancer, median progression-free survival was 13.3 months (95% CI 4.1–22.4 months). Among the 7 women who received palbociclib as third-line therapy, median progression-free survival was 6.0 months (95% CI 0.9–11.1 months). The most common adverse events were hematologic, with grade 3 or 4 neutropenia occurring in 20 (38%) of the 53 patients. 

Conclusions: This study provides data from a real-world setting that match the results of previous studies in terms of effectiveness (i.e., progression-free survival) when palbociclib plus endocrine therapy was used as second- or third-line treatment. Palbociclib had appropriate tolerability and a profile of easily manageable adverse effects, with none of the patients suspending their treatment because of toxic effects. 

RÉSUMÉ 

Contexte : Les données du monde réel sont essentielles pour démontrer la reproductibilité des éléments probants et la « généralisabilité » externe des essais cliniques randomisés. Il a été démontré qu’en association avec le létrozole ou le fulvestrant dans les essais cliniques de phase 3, le palbociclib (un inhibiteur oral à petite molécule des kinases dépendantes des cyclines 4/6) améliorait la survie sans progression. 

Objectif : Évaluer les résultats réels des patientes atteintes d’un cancer du sein métastatique qui ont reçu du palbociclib en association avec un traitement endocrinien dans le cadre d’une pratique clinique de routine. 

Méthodes : Dans cette étude observationnelle rétrospective multicentrique, les données ont été évaluées pour toutes les femmes atteintes d’un cancer du sein métastatique et qui ont été traitées avec du palbociclib d’avril 2017 à septembre 2019. La réponse au traitement a été évaluée par la survie sans progression au moyen des critères RECIST d’évaluation de la réponse des tumeurs solides, version 1.1. 

Résultats : Cinquante-trois patientes (âge médian : 57 ans; extrêmes 31- 87 ans) ont été incluses dans l’étude. Pour toutes les patientes traitées avec le palbociclib, la survie moyenne sans progression à la fin de la période d’étude était de 14,4 mois (intervalle de confiance à 95 % [IC] 6,2-22,2 mois). Vingt-trois femmes ayant reçu du palbociclib en guise de traitement de première ligne n’ont pas connu de survie sans progression; pour ces patientes, la durée moyenne du traitement était de 12,1 mois (IC à 95 % 1,4-28 mois). Pour les 23 patientes ayant reçu le palbociclib en guise de traitement de deuxième ligne pour le cancer du sein métastatique, la survie moyenne sans progression était de 13,3 mois (IC à 95 % 4,1-22,4 mois). Parmi les 7 femmes ayant reçu le palbociclib en guise de traitement de troisième ligne, la survie moyenne sans progression était de 6,0 mois (IC à 95 % 0,9-11,1 mois). Les effets indésirables les plus fréquents étaient d’ordre hématologique, avec une neutropénie de grade 3 ou 4 survenant chez 20 (38 %) des 53 patientes. 

Conclusions : Cette étude fournit des données provenant d’un contexte réel. Elles correspondent aux résultats d’études précédentes en termes d’efficacité (c’est-à-dire « survie sans progression ») lorsque le palbociclib, associé à un traitement endocrinien, était utilisé comme traitement de deuxième ou de troisième ligne. Le seuil de tolérance du palbociclib est approprié et son profil d’effets indésirables est facilement gérable : aucune des patientes n’a en effet suspendu son traitement en raison d’effets toxiques. 

Downloads

Download data is not yet available.

Published

2022-01-08

Issue

Section

Original Research / Recherche originale