Opioid Prescribing Habits of Orthopedic Surgeons Following Total Hip Arthroplasty and Total Knee Arthroplasty: A Pilot Study

Authors

  • Carter VanIderstine Dalhousie University, and Nova Scotia Health, Halifax, Nova Scotia
  • Michael Dunbar Nova Scotia Health and Dalhousie University, Halifax, Nova Scotia
  • Emily Johnston Nova Scotia Health, Halifax, Nova Scotia

DOI:

https://doi.org/10.4212/cjhp.3282

Abstract

Background: Adequate pain management is important in patients’ recovery from total hip arthroplasty (THA) and total knee arthroplasty
(TKA).

Objective: To determine whether risk factors for prolonged opioid use are considered when discharge prescriptions for postoperative pain are written following THA and TKA.

Methods: Opioid prescriptions written between June 14 and July 9, 2021, for patients who underwent THA or TKA were analyzed. Data were also collected on the patients’ age, sex, type of surgery, type of anesthesia (regional or general), preoperative use of opioids, and preoperative use of antidepressants.

Results: Among the 59 patients included in the study, the most common prescriptions were for hydromorphone 2 mg (n = 15, 25%) and hydromorphone 1 mg (n = 15, 25%). At discharge, patients received a median of 400 morphine milligram equivalents (MMEs). There was no significant difference in the quantity of opioids (MMEs) prescribed at discharge in relation to surgery type (p = 0.63), sex (p = 0.44), preoperative antidepressant use (p = 0.22), or preoperative opioid use (p = 0.97). There also appeared to be no correlation between a patient’s age and MMEs at discharge (p = 0.21; r2 = 0.028). None of these variables could be used to predict which patients would receive more than 400 MMEs.

Conclusions: Patient-specific factors appeared not to be taken into consideration when opioids were prescribed for postoperative pain among patients who underwent THA or TKA.

RÉSUMÉ

Contexte : Une gestion adéquate de la douleur est importante pour le rétablissement des patients après une arthroplastie totale de la hanche (ATH) et une arthroplastie totale du genou (ATG).

Objectif : Déterminer si les facteurs de risque relatifs à l’utilisation prolongée d’opioïdes sont pris en compte lors de la rédaction d’ordonnances de congé pour douleurs postopératoires après une ATH et une ATG.

Méthodes : Les prescriptions d’opioïdes rédigées entre le 14 juin et le 9 juillet 2021 pour les patients ayant subi une ATH ou une ATG ont été analysées. Des données ont également été recueillies sur l’âge, le sexe, le type de chirurgie, le type d’anesthésie (locale ou générale), l’utilisation préopératoire d’opioïdes et l’utilisation préopératoire d’antidépresseurs.

Résultats : Parmi les 59 patients compris dans l’étude, les prescriptions les plus fréquentes étaient l’hydromorphone 2 mg (n = 15; 25 %) et l’hydromorphone 1 mg (n = 15; 25 %). Les patients recevaient une médiane de 400 équivalents milligrammes de morphine (MME) au moment du congé. Aucune différence significative quant à la quantité d’opioïdes
(mesurée en MME) prescrits au moment du congé en fonction du type
de chirurgie (p = 0,63), du sexe (p = 0,44), de l’utilisation préopératoire d’antidépresseurs (p = 0,22) ou de l’utilisation préopératoire d’opioïdes (p = 0,97) n’a été observée. Il ne semblait pas non plus y avoir de corrélation entre l’âge d’un patient et les MME au moment du congé
(p = 0,21; r2 = 0,028). Aucune de ces variables ne pouvait être utilisée pour prédire quels patients recevraient plus de 400 MME.

Conclusions : Les facteurs spécifiques au patient ne semblaient pas être pris en compte lors de la prescription d’opioïdes pour la douleur postopératoire chez les patients ayant subi une ATH ou une ATG.

Downloads

Download data is not yet available.

Published

2022-10-03

Issue

Section

Brief Research Report(s) / Bref(s) rapport(s) de recherche